Suisse energie

Un petit guide de l’hybride

Cantonnée pendant des années à l’économie de niche, la propulsion hybride est en plein essor grâce à de nombreuses nouvelles variantes de répartition du travail entre le moteur à combustion et le moteur électrique. Un petit aperçu.
Ford Focus ST-Line

Tout hybride

A l’échelle mondiale, le tout hybride est la variante la plus connue et la plus répandue. Comme son nom l’indique, cette propulsion permet une conduite purement électrique, ce dont un semi-hybride est incapable. Mais le tout hybride ne disposant que d’une batterie relativement petite qui, en outre, n’est pas rechargeable de manière externe, ce véhicule ne va pas très loin en mode électrique. En général, son autonomie se limite à quelques kilomètres. C’est pourquoi il est nettement moins cher que les voitures électriques ou les hybrides rechargeables. Actuellement, les véhicules tout hybrides de style classique sont proposés uniquement par les constructeurs asiatiques, en particulier Toyota et Lexus, et depuis quelque temps aussi Hyundai et Kia. La première Toyota Prius a été lancée en 1997 avec une technologie tout hybride et, à ce jour, Toyota a vendu dans le monde plus de 15 millions de véhicules équipés de cette technologie.

Hybride rechargeable

Selon le point de vue, cette propulsion, qui est souvent abrégée en PHEV (Plug-in-Hybrid Electric Vehicle), est soit un tout hybride avec batterie rechargeable de manière externe, soit une voiture électrique avec un moteur à combustion supplémentaire. Le principal avantage de ce concept est la combinaison d’une autonomie électrique d'environ 50 kilomètres avec un moteur à combustion, ce qui évite de devoir recharger la batterie sur de longues distances. L’inconvénient réside dans la consommation plus élevée dans les deux modes de conduite – car l’autre alternative de moteur doit être tractée. En outre, le système de double propulsion entraîne des prix assez élevés, du moins en comparaison avec les moteurs 100% essence ou diesel. La majorité de l’offre se situe dans le segment des véhicules de classe moyenne ou SUV.

Hybride série

Alors que dans la plupart des concepts hybrides, le moteur à combustion et le moteur électrique sont branchés en parallèle afin de pouvoir tous les deux effectuer un travail de propulsion, dans l’hybride série, ils sont montés l’un derrière l’autre. Le moteur à combustion n’agit alors généralement pas sur les roues, mais se contente d’entraîner un générateur qui produit de l’électricité pour un moteur électrique. Il se transforme donc en petite centrale électrique. Dans ce rôle, il peut travailler de manière plus régulière et plus économique que s’il fonctionnait comme un moteur d’entraînement. En même temps, la coûteuse batterie peut être relativement petite. Le principe est similaire à celui du Range Extender, le prolongateur d’autonomie, dans une voiture électrique, sauf qu’il n’y a pas nécessairement la possibilité de charger la batterie directement sur une prise.

Semi-hybride

Les voitures hybrides sont économiques, mais aussi assez chères – tant à l’achat qu’à la production. De plus en plus populaires, les systèmes hybrides de 48 volts sont plus abordables. La technologie à basse tension rend superflues les mesures de protection contre les chocs électriques. La batterie et le générateur de démarrage, qui est conçu comme un moteur auxiliaire, sont petits et donc peu coûteux. La conduite purement électrique n’est généralement pas possible en raison des performances limitées; au lieu de cela, le groupe électrogène soutient le moteur à combustion lors du démarrage et de l’accélération. Il sert ensuite de générateur particulièrement efficace pour récupérer la puissance de freinage. Cette technologie est aujourd’hui utilisée dans toutes les gammes, le plus souvent en combinaison avec les moteurs à combustion les plus puissants de la palette de propulsions.

Micro-hybride 

Micro-hybride est généralement un terme plus esthétique pour désigne les voitures équipées de systèmes d’arrêt et de redémarrage automatiques. Très répandue depuis maintenant plusieurs années, cette technologie coupe automatiquement le moteur lorsque le feu est rouge, mais depuis peu, elle le fait de plus en plus tôt, souvent dès que le véhicule roule lentement en roue libre avant l'arrêt. Dans certains cas, cependant, le générateur de démarrage amélioré requis à cet effet peut également aider au démarrage et à l’accélération. Dans le meilleur des cas, cela permet – théoriquement – d’économiser jusqu’à 10% de la consommation.