Suisse energie

Visite Lecteur-Reporteur du salon de l’automobile 2019

En février, nous avons lancé un appel à la recherche d'un lecteur reporter sur notre page Facebook. Durant les deux jours de presse, Artiom et son meilleur ami Gregory ont parcouru le Salon de l’auto de Genève. Ci-dessous, ils vous présentent leurs premières impressions :
Mon viste du Salon International de l'Automobile à Genève. Texte de Artiom Voronine.

Après avoir passé deux jours à visiter le salon, je dois avouer que j’ai vu pleines de bonnes choses. Ce qui me surprend d’année en année, ce sont les « concepts cars », soit des prototypes de voitures qu’on verra peut-être un jour rouler sur nos routes. Ils ont souvent un design futuriste et un cockpit assez minimaliste.

Prenons l’exemple de l’entreprise Share2Drive, qui a créé un véhicule électrique, du nom de Sven, spécialement conçu pour le car sharing. Il s’agit d’une voiture qui de l’extérieur ressemble à une Smart, mais avec trois places (toutes à l’avant). Lorsqu’on la réserve, on peut la configurer sur son téléphone (notamment ajuster la température à l’intérieur, préparer sa playlist favorite, etc.) via une application. Elle a une vitesse maximale de 120 km/h, et possède une autonomie de 140 km. C’est un véhicule fabriqué pour la ville à l’heure de pointe. Le car sharing me paraît donc une solution efficace pour lutter contre différents problèmes, surtout avec une flotte composée de véhicules non polluants. La commercialisation de Sven est prévue entre 2021 et 2025, et plusieurs villes ont déjà montré leur intérêt.

Concernant les innovations en termes d’efficience d’énergie, je me suis d’abord posé la question du gaz naturel. En effet, cette source est beaucoup moins polluante que le carburant traditionnel. Malheureusement, cette technologie ne s’est pas encore largement répandue. En parlant de nouvelles alternatives, on pense directement à l’électrique. Les constructeurs ont compris que c’était un marché à développer, notamment pour concurrencer Tesla, et faire baisser les prix de ces véhicules qui restent relativement chers. Smart, par exemple, va arrêter la production de véhicules à moteur thermique dès le mois de mai de cette année.

À l’instar des marques qui choisissent une voie radicale, on retrouve progressivement des voitures électriques en parallèle des véhicules à moteur thermique. Il y a Audi qui lance sa E-Tron, ou même la Urban EV de chez Honda, qui va commencer à être mise sur le marché dès la fin de cette année déjà. Cependant, la plupart des constructeurs préfèrent non seulement investir dans les voitures électriques, mais aussi dans des voitures hybrides, comme Toyota le fait depuis de nombreuses années : mi-essence, mi-électrique, elles permettent de rouler en ville en électrique, puis de passer en thermique sur les grands axes routiers.

Parlons un peu de l’ambiance lors des journées presse. Le nombre de personnes présentes était inférieur que durant les journées pour le grand public, et j’avais donc plus de plaisir à y être. J’ai remarqué un grand nombre de caméras, et des personnes qui font des reportages. L’avantage des journées presse, c’est qu’on peut accéder à des stands de voitures prestigieuses, comme Rolls Royce et même s’asseoir dedans. Lors des journées grand public, cette possibilité n’existe pas, puisque les accès sont réservés aux seules personnes invitées. On a également la possibilité de profiter de l’open-bar sur de nombreux stands. Par ailleurs, cette année est la dernière année avec le concept actuel selon André Hefti, le directeur du salon. Olivier Rihs prendra le poste. On verra bien comment le salon changera en l’absence de certains grands noms du milieu.

En résumé, rien ne manque à ce salon, il y a un grand choix de voitures exposées, et j’ai du plaisir à y parcourir les allées. J’attends de voir son évolution l’année prochaine. En conclusion, les marques sauront s’adapter à une demande toujours plus exigeante en termes d’efficience. À l’avenir dans la circulation, je ne pense pas qu’il y aura qu’un seul type de motorisation alternative, je pense plutôt qu’il y aura le choix entre des moteurs électriques, au gaz naturel, hybrides voire même à l’hydrogène, même si ce dernier se fait assez discret pour le moment. Toutefois, à l’avenir, les prix des véhicules alternatifs devront également baisser afin de les rendre accessibles pour tous. C’est le seul moyen d’atteindre les masses.