Suisse energie

Le plaisir de conduire et d’économiser

La citadine électrique Honda E de près de 4 mètres de long redéfinit le plaisir de la conduite.

Honda cesse de nager à contre-courant de la tendance et surfe également sur la vague électrique. D’ici 2022, le constructeur japonais annonce au moins une version électrifiée pour tous les modèles de grande série européens, mais la Honda E sera le fer de lance des voitures électriques dès le mois de mai de cette année. Longue de près de quatre mètres, elle sera en concurrence avec la Mini Cooper SE, la Renault Zoe ou les jumelles électriques Opel Corsa et Peugeot 208.

Tandis que la célèbre Zoe a récemment fait peau neuve et que les autres petites voitures ont été transformées, la Honda E s’entraîne à voyager dans le temps: «Conçue spécifiquement comme une voiture électrique, elle est destinée à montrer aujourd’hui comment la voiture d’après-demain sera conçue», explique le chef de projet Takahiro Shinya et il entend par là non seulement la motorisation, mais aussi et surtout les assistants et l’ambiance à bord.

La Honda est charmante et le moteur électrique de la Honda E Advance a une puissance de 113 kW, ou de 154 ch dans l’ancienne monnaie, tandis que le couple atteint 315 Nm maximum. La E passe de zéro à 100 km/h en 8,3 secondes.

Sur le papier, la Honda E est en retard sur ses concurrentes, mais dans la pratique, les Japonais offrent sensiblement plus de plaisir de conduite. En effet, grâce à l’entraînement de l’essieu arrière et à une direction variable avec un cercle de braquage extrêmement réduit, le modèle à quatre portes se conduit comme un kart et est donc plus proche de la expérience de conduite de la Mini que le modèle original.

Honda a non seulement optimisé le plaisir pour la E, mais également les économies et a donc vissé des palettes de récupération sur le volant. Là où auparavant, on changeait de vitesse dans la transmission automatique, on contrôle maintenant la résistance du moteur et, par conséquent, le degré de récupération d’énergie. Et pour ceux qui ne souhaitent plus du tout freiner mécaniquement, il leur suffit d’appuyer sur la touche «one pedal», de passer en mode récupération maximale et d’arrêter la voiture en soulevant le pied de l’accélérateur.

Comme pour la motorisation, Honda mise également sur la raison pour la batterie: le kilométrage moyen des clients étant statistiquement d’environ 40 kilomètres par jour et chaque cellule de batterie nécessitant de l’espace, du poids et surtout de l’argent, Honda s’est cantonné à 35,5 kWh – et la Honda E ne peut donc parcourir qu’un peu plus de 200 kilomètres

Ce que Honda économise sur la batterie, les Japonais l’investissent dans la technologie de chargement rapide et aussi et surtout dans l’info-divertissement. En effet, le cockpit de la Honda est exclusivement constitué d’écrans: instruments numériques derrière le volant, à côté deux grands écrans tactiles avec commandes par application et vocales pour remplacer la plupart des boutons et deux moniteurs pour les rétroviseurs latéraux numériques à droite et à gauche.

En parlant de petite voiture: la Honda E a beau avoir quatre portes, on peut difficilement s’asseoir à l’arrière et le coffre ne contient que 171 litres. «Ce n’est pas un problème, mais un calcul», comme l’explique le chef de projet Shinya en comparant le design dédié de citadine avec l’iPhone: «Après tout, nous téléphonons avec le smartphone et non avec la tablette bien que celle-ci ait un écran plus grand et une plus longue durée de vie de la batterie.»