Suisse energie

Lever le pied grâce à l'hydrogène

Avec le nouveau Nexo, Hyundai veut mener au succès la pile à combustible – impressions d’un premier essai sur route aux USA.

La révolution électrique est en marche. Sous l’impulsion d’Elon Musk, l’ensemble de industrie automobile perfectionne la motorisation électrique. Quelques constructeurs, qui ne veulent pas uniquement miser sur les cellules lithium-ion, ont aussi opté pour une invention récurrente depuis près d’un demi-siècle: la pile à combustible.

Toyota et Honda ont commencé en mettant en circulation les modèles Mirai et Clarity, deux voitures à pile à combustible. Et à la fin de cet été, ce sera Hyundai qui passera à la vitesse supérieure avec la prochaine étape de son plan produit. Le constructeur proposera une série limitée du Nexo, une déclinaison du iX35 conçue autour de la pile à combustible. L'importateur suisse prévoit que le prix sera comparable à celui du iX35, aux environs de 67 000 francs. «Mais avec de bien meilleurs équipements et une technique de la dernière génération», précise Nicholas Blattner, Directeur des relations publiques de Hyundai Suisse.

Pour ce prix, vous avez un SUV ou un crossover dont le format, avec 4,67 mètres, est comparable à celui du Santa Fe. Avec sa proue épurée avec ses longs feux de jour LED, l’aérodynamique améliorée de sa calandre en cascade et ses poignées de porte affleurantes rétractables, le Nexo se tourne définitivement vers l’avenir. Son intérieur est aussi plus moderne que celui des autres modèles de Hyundai. Nombreux compteurs digitaux, planche de bord entièrement numérique, projection du rétroviseur électronique dans le champ de vision du conducteur: au volant du Nexo, on se sent un peu comme le capitaine Kirk à bord du vaisseau Enterprise.

Il en va de même pour la conduite. En effet, rien ne trahit la «combustion à froid» de l’hydrogène. Comme chaque voiture électrique, le Hyundai émet un léger ronronnement. Grâce à un moteur électronique de 163 ch et 395 Nm, il ne lui faut que 9,2 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. Cette auto de plus de deux tonnes peut ainsi aborder en toute sérénité les autoroutes suisses. Ce n’est pas pour rien que les Coréens lui coupent le jus à partir de 179 km/h. Lorsque les trois réservoirs en carbone dissimulés sous le coffre et la banquette arrière sont enfin vides, soit après quelque 600 kilomètres, le Nexo n’a besoin que de cinq minutes pour se recharger complètement, à condition qu’il y ait une station-service à proximité. En Suisse, il n’existe actuellement que deux stations-service à hydrogène, mais d’autres devraient bientôt suivre ((Lien à destination du rapport co2auplancher)). Les coûts aujourd'hui très élevés, pour les véhicules comme pour l'infrastructure, constituent le principal obstacle à une utilisation plus répandue des véhicules à pile à combustible. De plus la production d'hydrogène à l'aide d'électricité hydraulique est très énergivore.

Mais les Coréens ne veulent pas seulement se distinguer par une propulsion propre. Avec le Nexo, ils entendent aussi, en plus du moteur sans émissions, s’établir sur un autre secteur d’avenir: la conduite autonome. Ce véhicule de série est déjà capable de se garer ou de sortir d’une place de stationnement sans conducteur. Il sait aussi maintenir la trajectoire et la distance sur l’autoroute.  Il ne reste plus au conducteur qu’à laisser ses mains confortablement posées sur le volant et à se détendre.