Suisse energie

Ford Mustang Mach-E

Une icône rechargée

Ford a dévoilé son premier SUV électrique. Et il porte étonnamment le nom de Mustang, évoquant la «muscle car» la plus mythique du monde. Avec le suffixe Mach-E à partir de fin 2020 également sur nos routes.

Si même les «muscle cars» les plus légendaires doivent donner leur nom à un véhicule électrique, c’est que la révolution électrique n'est vraiment pas loin. Et pour la première en amont du Salon de l'automobile de Los Angeles, Ford n'a pas ménagé ses efforts et a présenté son petit dernier sous les yeux du Space X d'Elon Musk, sur le Hawthorne Airfield. Les rumeurs en provenance de Detroit étaient allés bon train et lorsque Ford a confirmé que le premier véhicule électrique de la marque s'appellerait bien Mustang – avec le suffixe Mach-E – beaucoup se sont demandé: le nom de cette légende de l'automobile, cette voiture de sport américaine par excellence, est-il bien choisi pour un SUV alimenté par batterie?

Yes, indeed. La Mustang semble être le fer de lance idéal pour faire entrer Ford dans l'ère électrique. Et la Mach-E transmet avec style les gènes de la légendaire «pony car» dans les proportions d'un crossover sportif. Pour Bill Ford, chef du constructeur américain et arrière-petit-fils du pionnier de l'automobile Henry Ford, il ne fait aucun doute que le nouveau modèle sera un succès: «Lors du tout premier Salon de l’automobile de Detroit, Henry Ford a autrefois annoncé qu'il travaillait sur quelque chose qui frapperait comme la foudre – à l’époque, il s’agissait du modèle T. Aujourd'hui, nous présentons à nouveau un véhicule qui frappera comme la foudre.»

La Mustang Mach-E fait en effet un pas sérieux vers l'ère électrique, et les données clés de ce crossover de 4,7 mètres de long ne manqueront pas de faire ruminer la concurrence. Portée maximale: 600 kilomètres. Temps de charge pour 80% de la batterie: 40 minutes. Tout cela peut faire rêver, mais: le prix d'entrée de gamme s'applique à la version à propulsion arrière avec la plus petite batterie (75 kW/h) et une puissance de 190 kW (258 ch). Et même cette variante atteint une portée WLTP de 450 kilomètres. La version à transmission intégrale avec moteur électrique supplémentaire sur l'essieu avant et une puissance de 248 kW (337 ch) permet de parcourir 560 kilomètres avec la plus grande batterie (99 kW/h). Aussi équipée la transmission intégrale, la variante GT haut de gamme n'est pas attendue avant l'été 2021 et sera également dotée d'un moteur électrique plus puissant sur l'essieu avant. La recharge se fait avec un courant continu pouvant atteindre 150 kW, ce qui rend la Mustang électrique également appropriée pour parcourir de longues distances.

L'unité de batterie avec 288 ou 376 cellules lithium-ion est logée dans un cadre étanche et résistant aux chocs entre les essieux du plancher du véhicule, ce qui, d’une part, abaisse le centre de gravité de la voiture et, de l’autre, étire l'empattement à presque trois mètres. Cela donne beaucoup d'espace pour un habitacle moderne. Outre le grand toit vitré convexe (en option), la caractéristique la plus marquante de l’habitacle est le grand écran vertical autoportant faisant office de tableau de bord et sur lequel la plupart des fonctions sont commandées. Les fans de Tesla s'y sentiront rapidement chez eux.

Et cela n’a rien de fortuit: avec la Mustang Mach-E, Ford veut avant tout défier le leader du marché originaire de la Silicon Valley. Et ce nouveau SUV électrique a tout ce qu'il faut pour cela, même s'il accuse un retard de quelques années sur Tesla et que la Mach-E ne roulera pas sur les routes avant un an. «Mais», se hâte d’ajouter Stuart Rowley, président de la région Europe de Ford, «aujourd’hui, tout le monde a une voiture électrique. Nous, nous avons une Mustang électrique!»