Suisse energie

Les modèles électriques d'Audi

Audi se met à la charge

Les Bavarois veulent intégrer le peloton de tête avec une série de modèles électriques 

Audi a beau avoir vendu 5,9 % de véhicules en moins à la fin du mois de septembre de cette année par rapport à l'année précédente, les Bavarois restent optimistes et se concentreront davantage sur la mobilité électrique à l'avenir.

Les Bavarois ont senti que le vent avait tourné: avec une large offensive électrique de plus de 30 modèles à prises jusqu'en 2025, ils souhaitent rattraper leur retard sur leurs concurrents haut de gamme en matière de technologie électrique.

Le E-Tron lancé à la fin de l'année dernière donne un premier aperçu. Et l'E-Tron GT, version bavaroise de la Porsche Taycan, doit rester un projet de prestige avec des prix élevés et de faibles quantités. Ce n'est pas pour rien que cette belle quatre portes, il faut le reconnaître, est construite quasiment à la main aux côté de l'Audi R8 sur le site de Sport GmbH à Neckarsulm.

Mais après cela, cela deviendra également passionnant pour le grand public. Au cours des 15 prochains mois, la première Audi à entrera en production en série sur la plate-forme MEB du Q4. Celle-ci utilise la même technologie que la VW ID.3 et tous les véhicules électriques de Seat ou Skoda et est censée être disponible en grandes quantités à des prix raisonnables. Situé entre le Q3 et le Q5 et conçu comme un SUV classique, le Q4 mesure environ 4,70 mètres, mais offre beaucoup plus d'espace intérieur. Il dispose par ailleurs d’un tableau de bord amélioré avec effet de profondeur 3D, de deux moteurs électriques pour l’entraînement Quattro obligatoire et de batteries rechargeables, qui au mieux permettront probablement de parcourir plus de 500 kilomètres. Et bien sûr, une recharge rapide est possible.

Les grands espoirs des Bavarois reposent cependant sur l'architecture dite PPE. Car si la MEB vient de Wolfsbourg et est par nature considérée comme quelque peu suspecte, cette Premium Platform Electric est une conception d'Ingolstadt au sujet de laquelle seul Porsche a aussi eu son mot à dire. Elle vise à rendre la mobilité électrique abordable également pour la classe moyenne supérieure. La première voiture de cette architecture est prévue pour 2021 au plus tard et pourrait bien aller à contre-courant de la tendance. La plate-forme est en effet conçue de manière à pouvoir à nouveau maintenir les tôles à plat et à ne pas obligatoirement construire un SUV. La première étude consacrée à cette architecture qu'Audi a déjà montrée à un cercle restreint ressemble en tout cas davantage à une A7 qu'à un Q7.

La seule chose qui soit dommage, c’est qu'Audi parle de cette bonne nouvelle encore au futur. Si tout semble déjà très concret, il faudra encore un an ou deux avant que les batteries d'Audi soient à nouveau pleines et que la course pour rattraper le peloton de tête puisse commencer avec l’impulsion des nouveaux modèles électriques. Avant les grands sauts, nous assistons donc déjà au moins à quelques petits bonds électriques, et Audi est aussi de retour dans le secteur des hybrides rechargeables. Pas moins de quatre modèles avec prise sont ainsi sur le point d'être lancés et une demi-douzaine d'autres sont déjà en préparation.

La A7 et le Q5 ouvrent le bal: les Bavarois combinent ici un moteur à essence 4 cylindres de 252 ch avec un moteur électrique et installent une batterie lithium-ion de 14,1 kWh dans le plancher de la voiture, suffisante pour parcourir jusqu’à 40 kilomètres WLTP. L'avenir peut donc déjà commencer pour les consommateurs lambda puisque, selon les statistiques, le conducteur moyen parcourt un peu moins de 25 kilomètres par jour. Ainsi, il entendra moins souvent le moteur à combustion et passera ensuite d’autant plus facilement à une voiture électrique.