Suisse energie

Hyundai s’engouffre dans la brèche

La marque coréenne lance sur le marché le Kona Electric, un SUV compact électrique. Et l’offre paraît tentante, car le segment du SUV est actuellement en pleine croissance.

Les Coréens se placent en première ligne, comme toujours lorsqu’il s’agit de systèmes de propulsion alternatifs. Avec l’ix35 Fuel Cell, le constructeur avait déjà présenté un SUV propulsé à l’hydrogène en 2013. Et en 2016, sa Ioniq était le premier modèle permettant de choisir entre trois modes de propulsion électriques. Cette année encore arrivera sur le marché le prochain modèle à l’hydrogène, le Nexo. D’autres modèles à batterie électrique ont été annoncés, comme une grande berline de la luxueuse filiale Genesis dotée d’un moteur électrique particulièrement puissant. Des autobus et des camions fonctionnant à l’hydrogène sont également en préparation.

Pour l’heure, Hyundai se concentre sur le lancement du Kona Electric, un petit SUV à propulsion entièrement électrique. «Ce lancement s’inscrit dans le prolongement de notre ambitieuse stratégie de développement de véhicules écologiques», déclare Andreas-Christoph Hofmann, Vice-président Marketing et Produit de Hyundai Europe. D’ici 2025, la marque coréenne veut en effet encore lancer 18 nouveaux véhicules à propulsion alternative. Le constructeur aurait pu s’en tenir à l’offre de modes de propulsion conventionnels et surfer tranquillement sur le succès persistant du SUV. Mais la direction du groupe à Séoul en a décidé autrement et a voulu aussi proposer ce joli SUV avec une propulsion entièrement électrique. Plus qu’une déclaration d'intention, le Kona Electric est une voiture aboutie, agréable à conduire.

Crissement et ronronnement

L’essai sur route commence, comme toujours, par une inspection de l’extérieur. On retrouve les lignes du Kona, même si le panneau fermé qui remplace la grille de calandre ajourée indique bien qu'il s’agit d'une propulsion électrique. Les jantes à l’aérodynamique poussée sont remarquables et l’on comprend très vite en observant l’habitacle que l’on prend place dans un véhicule électrique. Le levier de vitesse est remplacé par trois simples touches pour la marche avant, la marche arrière et le stationnement. Sur le tableau de bord numérique, des graphiques affichent le niveau de charge de la batterie, la récupération d’énergie ou l’état de charge.

Après avoir appuyé sur le bouton de démarrage puis sur la pédale d'accélérateur (l’expression «pédale des gaz» n’étant pas appropriée ici), le Kona Electric démarre en ronronnant. Ou plutôt devrait-on dire qu’il «s’élance» car, comme toujours pour les véhicules électriques, le couple total de 395 Newton-mètres s’applique instantanément à l’arbre d'entraînement et fait crisser les roues avant. La conduite du Kona Electric n’exige aucune connaissance particulière. Compact et équilibré, il a une bonne tenue de route, aborde facilement les virages et offre une accélération de 0 à 100 km/h en 7,6 secondes, ce qui le rend globalement agréable à conduire. En Suisse, la variante la plus puissante aura une capacité de batterie de 64 kilowattheures et une puissance motrice de 150 kW (204 ch), ce qui promet une autonomie de 482 kilomètres selon la nouvelle procédure WLTP.

Indispensable idéalisme

L’autonomie suffit très certainement pour se rendre quotidiennement d'un point A à un point B. La recharge complète de la batterie Lithium-Polymère dure un peu plus de 9,5 heures avec le courant alternatif (monophasé) d’une station de charge domestique (7,2 kW). Mais avec du courant continu (d’une station de charge rapide de 100 kW), une petite heure suffit pour la recharger à 80%.

Les tarifs sont raisonnables, même si un prix de base débutant à 44 900 francs reste plutôt élevé pour un petit SUV. En comparaison avec d’autres véhicules électriques de taille similaire, comme la Nissan Leaf (à partir de 37 490 francs) ou la BMW i3 (à partir de 39 900 francs), ce montant peut même paraître exagéré. Mais il faut savoir que le Kona Electric dispose d’une capacité de batterie nettement supérieure et donc d’une autonomie bien plus importante, interdisant toute comparaison directe. De plus, ce véhicule coréen est le seul et unique SUV à batterie électrique de sa catégorie.